Le Parlement estonien a voté sa défiance envers le Premier ministre Rõivas

Publié le 9 Novembre 2016

M. Taavi Rõivas

M. Taavi Rõivas

Réuni en séance plénière, le Riigikogu a voté aujourd’hui, mercredi 9 novembre, en faveur de la motion de censure dirigée contre le Premier ministre Taavi Rõivas. La motion déposée ce lundi par 41 députés (du Parti du centre, d’EKRE et du Parti libre) a recueilli 63 voix pour, 28 voix contre et aucune abstention. 51 voix soit la majorité absolue des membres du Parlement étaient nécessaires pour l’adoption du texte.  

Les deux partis, IRL et social-démocrate, de la coalition gouvernementale, partenaires du Parti de la réforme auquel appartient le Premier ministre, avaient demandé à ce dernier qu’il remette sa démission, sans quoi ils voteraient en faveur de la motion de censure. M. Taavi Rõivas ayant annoncé, hier, qu’il n’accèderait pas à leur demande, les voix des députés IRL et sociaux-démocrates, se sont jointes, sans surprise, à celles de l’opposition pour renverser le Gouvernement.

La démission du Premier ministre entraine automatiquement le renversement de tout le Gouvernement qui reste en place pour exécuter les affaires courantes jusqu’à la constitution d’un nouveau gouvernement. Nommé en mars 2014, M. Rõivas aura été à la tête du Gouvernement pendant un peu plus d’un an et demi. Le renversement du Gouvernment Rõivas marque peut-être aussi la fin de la domination du Parti de la réforme qui a dirigé le pays au cours des 17 dernières années.

Dans son discours prononcé à la tribune du Riigikogu, juste avant que la motion de censure soit mise au vote, le Premier ministre, conscient de la tournure des évènements, finit par ses mots : « J’ai eu l’immense honneur de servir le peuple et l’État estonien en tant que Premier ministre dans deux Gouvernements pendant 961 jours. J’ai effectué ce travail avec enthousiasme et dévouement. Je suis sincèrement reconnaissant à tous ceux qui m’ont accompagné et fier de tout ce qui a été fait. Je suis, du fond du cœur, fier de mon pays. L’Estonie est le meilleur pays du monde. Vive l’Estonie ! ».  

Il appartient désormais au président du Riigikogu d’informer dans les plus brefs délais la Présidente de la République de la décision du Parlement d’exprimer sa défiance envers le Premier ministre. Dès lors, Mme Kersti Kaljulaid a, aux termes de la Constitution, 14 jours pour présenter au Riigikogu un candidat au poste de Premier ministre, auquel sera confié la charge de former un nouveau gouvernement.

Mme Kaljulaid a d’ores et déjà pris la décision de rencontrer dès ce soir les chefs de tous les partis représentés au Parlement pour s’entretenir avec eux de la situation politique du pays. Dans son communiqué de presse, la chef d’État estonienne indique : « Lors des élections, le peuple a donné un mandat au Parlement et celui -ci a le devoir d’user de ce mandat. Il est de la responsabilité du Parlement que l’Estonie ait rapidement un Gouvernement qui fasse avancer l’Estonie et qui estime nécessaire de maintenir les positions que nous avons adoptées en matière de politique de défense et de sécurité. On dit qu’il ne faut pas oublié le passé mais j’invite instamment tous les membres du Parlement et chefs de partis politiques à ne pas, non plus, oublier l’avenir ».

Sont attendus au palais de Kadriorg, M. Jüri Ratas, president du Parti du centre, M. Jevgeni Ossinovski, president du Parti social-démocrate, M. Margus Tsahkna, president du Parti IRL, M. Andres Herkel, president du Parti libre et M. Mart Helme, president du Parti populaire conservateur (EKRE).

Depuis le retour de l’Estonie à l’indépendance, seule une motion de censure est parvenue à faire chuter un Gouvernement. Cela s’est produit il y a 22 ans, le 26 septembre 1994 exactement, à l’encontre de M. Mart Laar qui était alors Premier ministre.  

Rédigé par Rodolphe Laffranque

Repost 0
Commenter cet article