Le taux de participation au vote anticipé pour les européennes a presque doublé en Estonie par rapport à 2004

Publié le 4 Juin 2009

La période de vote par anticipation qui s'est terminée hier, mercredi 3 juin, a déjà permis, selon la Commission électorale centrale d'Estonie, à exactement 129 171 électeurs, soit 14,3 % des inscrits, d'accomplir leur devoir de citoyens européens pour l'élection des six eurodéputés estoniens. 70 502 électeurs ont choisi la méthode traditionnelle de vote en déposant leur bulletin papier dans l'urne et ce à partir du 1er juin. Les 58 668 électeurs restants ont voté par Internet au cours d'une période qui a duré sept jours et sept nuits. On constate donc une hausse significative du taux de participation par rapport à 2004 où le nombre de votants à l'issue de la période de vote anticipé avait atteint le chiffre de 68 157, soit seulement 7,8 % des électeurs.  

Le président de la Commission électorale, Heiki Sibul, croit pouvoir expliquer cette augmentation de la participation au vote anticipé par la popularité montante du vote électronique à distance. « En 2004, le vote électronique n'a pas été utilisé, c'est pourquoi l'augmentation des suffrages anticipés est naturelle ; le nombre des votes électroniques a progressé à chaque élection », explique-t-il.  

Le professeur de science politique de l'Université de Tartu, Rein Toomla, estime qu'il ne faut pas se laisser emporter outre mesure par l'euphorie de cette hausse du taux de participation. « Le résultat des votes antipés ne peut être considéré comme un critère pour savoir combien de personnes, au bout du compte, se rendront aux urnes le jour du scrutin », indique le politologue.


Source : Commission électorale de la République estonienne

Rédigé par L'Estonie au quotidien

Publié dans #Elections européennes du 7 juin 2009

Repost 0
Commenter cet article

rodolphe 06/06/2009 12:40

Bonjour,
On peut aussi dire que le terme "scrutin" désigne une élection par vote secret (scrutin = vote secret). Or meme dans le cas du vote electronique,cette condition est respectee ... à sa maniere . Les autorites estoniennes n'imposent a personne l'usage de l'internet pour voter. Le vote "traditionnel" reste par ailleurs le principe. Effectivement, le controle democratique n'est pas possible avec le vote par internet. Il est toutefois remplace par un controle technique chapeauté par la commission electorale centrale qui est tout aussi efficace. Vous savez, le peuple est deja bien a l'écart du fonctionnement des democraties modernes qui sont de vraies technocraties. C'est presque uniquement la confiance que le peuple accorde aux dirigeants, aux decisions prises, aux modes de fonctionnement qui y fonde le lien democratique. En Estonie, les gens font confiance aux nouvelles technologies, y compris au vote electronqiue a distance alors, dans ces conditions, pourquoi ne pas leur donner la possibilité de l'utiliser!? Si en plus il y a un gain en participation electorale (donc un gain democratique), alors pourquoi s'en priver! Mais vous avez raison, la question du controle vaut la peine d'etre posee ...

Matif 05/06/2009 12:53

Les élections ont un synonyme qui est "scrutin". Ce mot vient de la même racine que "scruter" ou "scrutateur". Il rappelle que la transparence et le contrôle des élections, directement par les électeurs, sont une caractéristique fondamentale des votes.

Or, avec le vote par internet il n'y a plus de transparence du tout.

On entraîne donc la population d'une jeune démocratie à accepter de voter sans contrôler l'honnêteté du vote, à mimer le vote sans le comprendre.