Le Riigikogu rejette la motion de censure contre le Premier ministre

Publié le 13 Mai 2009

Le Riigikogu avait ouvert aujourd'hui, mercredi 13 mai, le débat sur la motion de censure déposée, il y a une semaine, contre le Premier ministre, Andrus Ansip, par le groupe parlementaire du Parti du centre, à laquelle se sont ralliés les deux autres groupes d'opposition, à savoir l'Union du peuple d'Estonie et les verts.

Signée par 37 députés, la motion contient un préambule qui commence ainsi : « L'État estonien est dans le marasme économique depuis deux ans. Au cours de cette période, le Premier ministre Andrus Ansip s'est montré incapable de trouver une solution à cette situation. Nous estimons qu'Andrus Ansip ne convient plus au poste qu'il occupe et nous exprimons notre défiance à son égard, conformément à l'article 133 du règlement intérieur du Riigikogu ». Les raisons de cette motion de défiance y sont résumées en quatre points : « 1. Le Premier ministre n'a plus la confiance ni le sens de la responsabilité nécessaires pour diriger l'État estonien ; 2. Le Premier ministre est incompétent pour organiser le travail de la coalition gouvernementale ; 3. Le Premier ministre freine les initiatives des ministres du Gouvernement qui tendent à mettre en œuvre des solutions économiques efficaces ; 4. Le Premier ministre est sans égard pour le budget de l'État de la République d'Estonie et pour le sentiment de sécurité des citoyens qui en découle ».

Le vice-président du groupe du Parti du centre, Ain Seppik, expliquait dans un communiqué de presse, les motifs de cette démarche. « L'action du gouvernement se caractérise par le fait d'être sans plan, sans direction, de s'agiter sans but et d'être incapable de coopérer ». « Ce gouvernement ni son chef n'ont à aucun moment souhaité établir un dialogue avec l'opposition et le Riigikogu a été réduit à une chambre d'enregistrement », soulignait-t-il.

Ain Seppik ajoutait : « Nous ne disons pas quel devrait être le nouveau Gouvernement mais que nous avons besoin d'un changement ». Selon lui, « le nouveau gouvernement ne devrait certainement pas se cramponner à des promesses dépassées et dénuées de sens, mais devrait prendre rapidement des décisions douloureuses et ne pas servir les intérêt de quelques groupes de pressions pour résoudre les problèmes auxquels est confrontée la société ».

« Si l'actuel Premier ministre reste à son poste, alors nous continuerons certainement à faire des économies budgétaires pour revitaliser l'économie, bien que celles-ci ne font que corriger un budget mal planifié et ne revitalisent pas le moins du monde l'économie », avouait Ain Seppik.

Sans grande surprise, la motion de censure a été rejetée en soirée par 53 voix contre 35.

Interrogée il y a quelques jours par le journal Postimees, la politologue de l'Université de Tallinn, Anu Toots, se doutait bien que cette tentative de censure de la politique du gouvernement se solderait par un échec. D'ailleurs, selon elle, le Parti du centre en était également convaincu. Anu Toots y voyait là simplement une façon pour la principale formation d'opposition du pays de se faire de la publicité à l'approche des élections européennes.

Rédigé par L'Estonie au quotidien

Publié dans #Actualité parlementaire et législative

Repost 0
Commenter cet article

rodolphe 14/05/2009 18:42

Merci à vous Guillaume (bloggeur aussi sur l'Estonie!! c'est super!) et à vous Steph pour vos commentaires. Je partage entièrement votre point de vue. A quand un changement! Malgré la crise, l'Etat au bord de faillite, les tensions entre les ministres RE, IRL et SDE, etc. etc. Ansip s'accroche bien au pouvoir. Ses partenaires de coalition aussi du reste. Il aimerait certainement entrer dans l'histoire estonienne avec le record de longévité en tant que PM et aussi avec l'introduction de l'euro. SON objectif numéro 1. Pour lui, tous les moyens sont bons pour l'atteindre. Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle? A mon avis, il y a d'autres priorié en ce moment. Bien entendu, la motion de censure était perdue d'avance. Comme toutes celles qui ont précédées d'ailleurs. En tout cas, vous qui etes aussi en Estonie (si je ne me trompe), suivez bien l'actu estonienne. Elle est palpitante. Il est intéressant d'observer comment ce pays ultra individualiste cherche à trouver des solutions ne serait-ce qu'au problème du déficit budgétaire: tout est possible sauf des hausses d'impots. Il est évident que pour un gouvernement dirigée par un (ultra)libéral, ca la ferait mal. Bien à vous.

Steph 14/05/2009 10:58

Entierement d'accord, il est tres compliqué d'avoir un gouvernement de coalition surtout en période de crise. Ca partait peut-etre d'un bon sentiment mais aujourd'hui, chaque parti essaie de rejeter la faute sur l'autre au lieu de trouver des solutions pour s'en sortir. Aucune mesure sensée ne passe et la population en patit. Combien de temps encore vont-ils attendre avant de bouger le petit doigt?

French in Estonia 14/05/2009 10:27

Bonjour, tout d'abord félicitations pour votre blog que j'ai découvert il y a peu de temps.
Même si le résultat de cette motion de censure était connu d'avance, c'est un premier pas vers un changement de gouvernement qui me semble inéluctable.
bonne journée
Guillaume