Propos du Président Ilves concernant la rumeur d’un changement de gouvernement

Publié le 9 Mai 2009

Dans une interview accordée au journal Eesti Päevaleht, publiée aujourd'hui, samedi 9 mai, le Président estonien, Toomas Hendrik Ilves, avoue ne rien savoir de la rumeur qui courrait dans les couloirs des partis politiques selon laquelle le Gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre Andrus Ansip (RE) pourrait connaître un remaniement dans les jours qui viennent.

Les tensions entre les partenaires de la coalition gouvernementale avec d'un côté, les sociaux-démocrates et de l'autre, les ténors des partis de la réforme et de l'Union pour la patrie-Res publica, sont de plus en plus visibles, notamment en ce qui concerne les solutions envisagées pour réduire le déficit budgétaire. Cela fait craindre désormais une éventuelle chute du Gouvernement.

A la question : « La crise gouvernementale serait-elle, en ces moments difficiles, une catastrophe ou une solution salvatrice ? », Toomas Hendrik Ilves répond : « Une chose à propos de l'Estonie, qu'ils savent peut-être aussi là-bas à Toompea, est qu'un gouvernement stable est un point positif fort pour que notre État soit digne de confiance ».

La formation d'une nouvelle coalition gouvernementale serait, selon le chef de l'Etat, de mauvais augure., dans l'état actuel des choses. « Ce sont les politiciens qui décident. Mais regardez certains Etats alentours. Le changement de gouvernement a eu des effets négatifs sur leur crédibilité et le déroulement de leur vie économique. Nous voyons des Etats où les gouvernements chutent parce que les décisions qu'ils devaient prendre étaient trop dures. Le nouveau gouvernement emprunte un chemin plus aisé et prend alors des décisions visiblement populistes », explique-t-il aux journalistes.

Pour le Président estonien, c'est à la coalition au pouvoir à prendre la décision, sur la question de savoir comment il doit agir. « L'éclatement du gouvernement est un risque pour ceux qui l'organisent quant à savoir ce qu'ils gagnent et ce qu'ils perdent. Bien sûr, celui qui sort, peut également être gagnant - il peut attaquer les autres et ne parler que des bonnes idées qu'il avait. Mais je pense que l'actuelle coalition au pouvoir pourrait se maintenir jusqu'à la sortie de la crise. C'est tout de même une responsabilité à l'égard de l'ensemble de l'État », souligne Toomas Hendrik Ilves.

Rédigé par L'Estonie au quotidien

Publié dans #Gouvernement et crise gouvernementale

Repost 0
Commenter cet article