Le Président Ilves : « Sans l’euro, nous ne sortirons pas de la crise »

Publié le 18 Avril 2009

Hier, vendredi 17 avril, le Président de la République estonienne, Toomas Hendrik Ilves, rencontrait, au palais présidentiel de Kadriorg, les dirigeants de quatre grandes entreprises estoniennes, Jüri Käo, Toomas Luman, Veikko Maripuu et Enn Veskimägi, pour discuter de la situation économique et des perspectives futures dans ce domaine.

Ainsi que le rapporte le bureau de presse de la chancellerie présidentielle, tous étaient d'accord pour dire que c'est précisément le passage à l'euro qui, dans une perspective à long terme, permettra à l'Estonie de créer les bases de sa croissance économique.

« Les investissements étrangers sont d'un grand secours pour nous aider à sortir de la crise. C'est précisément en cela que l'on comprend que l'euro n'est pas un remède miracle mais que sans l'euro nous ne sortirons pas de la crise aussi vite que possible », a affirmé le chef de l'État selon lequel l'adhésion à la zone euro serait le gage d'une plus grande crédibilité de l'Estonie auprès des investisseurs étrangers et de ses partenaires d'exportation, ce qui, à son tour, serait susceptible de créer un environnement stable nécessaire à la croissance économique.

Le Président Ilves indique par ailleurs que le respect des critères de convergence nécessaires au passage à la monnaie unique est le grand objectif de la société toute entière. « Dans la mesure où la société est prête à faire des efforts en vue de cet objectif, le Gouvernement et le Riigikogu sont aussi dans les meilleures conditions pour prendre les décisions requises », a-t-il déclaré.

Lors de cette rencontre, les participants ont également fait savoir leur unanime désaccord avec ceux qui pensent que cela ne vaut pas la peine de fournir autant d'effort pour adhérer à la zone euro et que la réalisation de cet objectif peut être remise à plus tard.

Rédigé par Rodolphe Laffranque

Publié dans #Actualité économique et financière

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article