Le Parti du centre propose de plafonner le salaire des dirigeants des entreprises publiques

Publié le 6 Avril 2009

Le groupe parlementaire du Parti du centre a déposé aujourd'hui une proposition de loi visant à fixer à 90 000 couronnes (soit un peu plus de 5 700 euros) le montant maximum de la rémunération mensuelle des membres du directoire des entreprises publiques.

« Dans la situation actuelle où le salaire des employés et des dirigeants du secteur privé est en forte baisse, les entreprises publiques doivent faire preuve de solidarité et baisser les rémunérations de leur président et des membres de leur directoire, qui atteignent des sommets », explique la vice-présidente du Parti du centre, Kadri Simson, dans un communiqué de presse du parti.

La proposition prévoit que les membres du directoire des entreprises où l'État détient au moins le pouvoir de décision ainsi que ceux des fondations créées par l'État ne puissent percevoir un salaire de base qui excède 90 000 couronnes, primes comprises. Cela ramènerait, dit Kadri Simson, le revenu mensuel des dirigeants des sociétés du secteur public au niveau de celui du Président de la République qui est actuellement de 91 819 couronnes. La proposition de loi précise que les modifications à apporter, si nécessaire, aux contrats des dirigeants en question devront être effectuées pour le 1er juillet 2009.


Il y a cinq jours de cela, Urmas Reinsalu (IRL), membre de la commission des lois constitutionnelles du Riigikogu s'était prononcé en faveur d'un plafonnement des salaires des managers des entreprises publiques. Il proposait que ce soit le ministère des finances qui fixe un montant maximum au-delà duquel le salaire de ces personnes ne saurait aller. « Ce serait certainement bien si l'État pouvait coordonner cela notamment par l'intermédiaire du ministère des finances. Il serait possible de décréter un seuil maximum », avait dit Reinsalu aux journalistes de la chaîne ETV, le 1er avril.

Au même moment où cette annonce était faite, certains dirigeants d'entreprises publiques, comme ceux d'Eesti Post et de la société anonyme Patrimoine immobilier de l'État (Riigi Kinnisvara AS) avaient pris la décision de diminuer leurs salaires. Auparavant, la Banque d'Estonie avait indiqué qu'elle réduisait de 10 % le montant des salaires de sa direction. Par contre, les dirigeants du Port de Tallinn et de la société estonienne de distribution d'énergie, Eesti Energia, ont fait savoir qu'ils ne comptaient pas suivre le moment.

Rédigé par Rodolphe Laffranque

Publié dans #Actualité parlementaire et législative

Repost 0
Commenter cet article