Ene Ergma reconduite dans ses fonctions de présidente du Riigikogu

Publié le 26 Mars 2009

Pour la troisième fois au cours de la présente (XIe) législature, le Riigikogu a procédé aujourd'hui, jeudi 26 mars, au renouvellement de son bureau, composé d'un président et de deux vice-présidents. Il résulte en effet, de l'article 6 du règlement intérieur du Riigikogu, que l'élection du bureau ait lieu chaque année durant les quatre ans de la législature et ce, à bulletin secret.

Seule candidate en lice, Mme Ene Ergma (IRL) a été réélue, à une large majorité, présidente du Riigikogu. Sur les 94 députés qui ont pris part au vote, 74 ont soutenu la candidature de Mme Ergma et 11 s'y sont opposés. Huit bulletins ont été déclarés nuls (bulletins blancs compris). « Merci à ceux qui ont voté pour. Merci à ceux qui ont voté contre. Un demi-merci à ceux qui ne se sont pas décidés », déclare-t-elle après l'annonce des résultats.

L'astrophysicienne de formation et membre de l'Académie des sciences d'Estonie occupe, sans discontinuité depuis le début de la législature en mars 2007, ce poste qui lui vaut d'être la deuxième personnalité de l'État. Elle a également rempli cette fonction lors de la précédente législature de 2003 à 2006, puis celle de vice-présidente de 2006 à 2007.

Pourtant, quelques jours auparavant, des voix s'étaient élevées dans les rangs du groupe social-démocrate pour réclamer une autre personne au perchoir du Parlement estonien. Certains députés sociaux-démocrates, parmi lesquels le président du groupe, Eiki Nestor, reprochaient au bureau du Riigikogu d'avoir été trop passif dans la recherche d'une solution au problème de l'interdiction pour le Parlement de modifier le montant du salaire des députés de la législature en cours. Rappelons que le 23 février dernier, l'assemblée plénière de la Cour d'État, juridiction suprême d'Estonie, avait déclaré inconstitutionnel le projet de loi, auquel le Président de la République, Toomas Henrik Ilves, apposa son veto, et qui visait à modifier la base de calcul du salaire des députés, afin d'éviter une hausse de leurs rémunérations pour 2009. Pour contourner cette interdiction, le bureau du Riigikogu déposa un projet de loi tendant à la réduction du remboursement des frais des parlementaires (de 10 % au final), alors que, d'après Eiki Nestor, une simple résolution du bureau aurait suffit.

Le chef des députés sociaux-démocrates s'était donc adressé à ses collègues de l'Union pour la patrie-Res Publica, sachant que, conformément à l'accord de coalition, la fonction de président du Riigikogu revient à l'un des leurs, pour savoir s'ils ne voulaient pas présenter un autre candidat à la place de Mme Ergma. Selon Eiki Nestor, il y aurait plusieurs politiciens dans la formation IRL qui arriveraient mieux à faire le travail de président du Riigikogu qu'Ene Ergma. « La question est avant tout celle du rôle du bureau du Riigikogu en tant qu'artisan de la réputation du Riigikogu. Justement, dans plusieurs débats publics, le bureau aurait pu se comporter d'une bien meilleure manière », explique-t-il.

Après une rencontre avec la présidente du Parlement, Eiki Nestor a finalement annoncé que son groupe ne s'opposera pas à ce que Mme Ergma continue à exercer son mandat.


Pour finir, notons que les deux autres membres du bureau, Kristiina Ojuland (RE) et Jüri Ratas (K) ont, eux aussi, été reconduits, sans surprise, dans leurs fonctions. L'accord de coalition, signé au printemps 2007, prévoit que le poste de premier vice-président du Riigikogu est réservé à un député du Parti de la réforme et celui de second vice-président à un député de l'opposition.

Rédigé par Rodolphe Laffranque

Publié dans #Actualité parlementaire et législative

Repost 0
Commenter cet article