Le projet estonien de plan budgétaire examiné positivement par la Commission européenne

Publié le 17 Novembre 2016

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne

Chaque année la Commission européenne est chargée d’examiner les projets de plan budgétaire des États membres de la zone euro pour évaluer leur conformité aux dispositions du pacte de stabilité et de croissance.

 

Dans son évaluation rendue public ce mercredi 16 novembre, la Commission constate que, parmi les quinze pays relevant du volet préventif du pacte de stabilité et de croissance, seuls l’Estonie et quatre autres pays (Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas et Slovaquie) ont un projet de plan budgétaire conforme aux exigences du pacte de stabilité et de croissance pour 2017.

 

La Commission ne reproche à l’Estonie qu’un déficit structurel de 0,2 % du PIB, alors que le Gouvernement estonien planchait au contraire sur un excédent de 0,2 % du PIB.

Interrogée sur ce point par la ERR, la représentation de la Commission en Estonie explique ceci : « Le déficit structurel du budget estonien des administrations publiques sera l’an prochain de 0,2 % du PIB ce qui dépasse légèrement l’objectif d’équilibre budgétaire mais reste finalement dans les limites autorisées. La principale cause de l’augmentation du déficit pour l’année 2017 est le report à l’année prochaine d’investissements provenant des fonds structurels de l’Union européenne, entraînant une augmentation des dépenses budgétaires au titre des investissements ».

 

La Commission estime que l’hypothèse retenue dans le projet de loi de finances selon laquelle l’année 2017 serait marquée par une croissance rapide des salaires et des évolutions positives sur le marché de l’emploi présente un risque quant au maintien en équilibre du budget de l’État estonien pour l’exercice à venir. Son analyse est la suivante : « Les recettes budgétaires de l’Estonie proviennent à hauteur de 45 % de la fiscalité du travail. Ainsi, le ralentissement attendu de la hausse des salaires et l’éventuelle diminution du nombre d’emplois affecteront fortement les recettes budgétaires et, par là même, l’équilibre du budget ».

 

Source : ERR

Rédigé par Rodolphe Laffranque

Repost 0
Commenter cet article