L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis préoccupe les Estoniens notamment du point de vue de la défense et de la sécurité

Publié le 13 Novembre 2016

L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis préoccupe les Estoniens notamment du point de vue de la défense et de la sécurité

À l’issue de l’élection présidentielle américaine, ce mercredi 9 novembre, la Présidente estonienne, Mme Kersti Kaljulaid, a adressé une lettre de félicitations à Donald Trump pour sa victoire électorale, comme l’ont fait de nombreux chefs d’État à travers le monde. Elle écrit ceci : « Je vous adresse mes félicitations pour votre élection à la présidence des États-Unis d’Amérique ainsi que mes vœux de succès dans vos nouvelles fonctions ».

 

Le communiqué de presse de la présidence indique que, selon la Présidente estonienne, ce qui caractérise les relations entre l’Estonie et les États-Unis, c’est la bonne coopération dans de nombreux domaines, tels que la défense ou la cybersécurité. Mme Kaljulaid note ainsi dans sa lettre au nouveau Président américain : « Les USA ont été et resterons pour l’Estonie l’un des alliés et partenaires les plus importants. Je suis certaine qu’au cours de votre mandat, la coopération transatlantique entre les USA et l’Europe demeurera forte comme elle l’a été jusqu’à présent ».  

 

Interviewé par la chaîne ETV juste avant l’annonce des résultats électoraux aux États-Unis, le président de la commission de la défense nationale au Riigikogu, M. Marko Mihkelson estimait qu’une victoire de Donald Trump n’entrainerait aucun changement radical dans les relations entre l’Estonie et les États-Unis mais que néanmoins, son arrivée à la tête de l’administration américaine soulèverait beaucoup de points d’interrogation. « Nous entrons complètement en terrain inconnu. Il n’en demeure pas moins que les relations entre l’Estonie et les États-Unis ne changerons pas fondamentalement. Mais nous nous interrogeons sur plusieurs points. M. Trump a certes fait plusieurs déclarations relatives aux questions de sécurité. Il a critiqué la Russie de façon modérée, surtout en ce qui concerne l’Ukraine et la Syrie. La question est de savoir qu’elle est vraiment sa politique », affirme le député.

 

Le président de la commission des affaires étrangères du Riigikogu, M. Sven Mikser (SDE), également interrogé sur ETV, fait remarquer quant à lui que si en Estonie on a l’habitude d’espérer, après chaque élection présidentielle américaine, qu’une fois élus, les candidats tiennent leurs promesses de campagne, cet espoir s’est quelque peu inversé dans le cas de l’élection de Trump. « Une fois à la Maison blanche, il ne fera pas tout ce qu’il a dit et promis pendant la campagne. (…) Certaines incertitudes demeurent toutefois concernant la composition de l’administration que va diriger M. Trump et sur ce que sera sa politique, pas seulement nationale, mais aussi internationale ».

 

M. Jüri Luik, directeur du centre international des études de défense (Rahvusvaheline Kaitseuuringute Keskus) et ancien ambassadeur d’Estonie aux États-Unis, se dit également confiant mais vigilant par rapport à l’arrivée de Donald Trump à la présidence américaine. « Les relations américano-estoniennes se sont établies au cours d’une longue période ; on ne voit pas pour quelles raisons le Président Donald Trump se mettrait à les rompre », confie-t-il au journal Postimees. L’ancien diplomate estime qu’il n’y a pas non plus à s’inquiéter de la validité de l’article 5 de l’OTAN, qui pose le principe de la défense collective car, dit-il, le traité de Washington, dans lequel figure cette disposition, a été ratifié par le Congrès américain et le candidat Trump n’a, à aucun moment de sa campagne, menacé de la remettre en cause. Selon M. Luik, il est de la plus haute importance que le déploiement des troupes américaines en Europe soit mené à bien. Il explique que ces troupes ont pour but le maintien de la paix en Europe ce qui, souligne-t-il, est dans l’intérêt de tout Président des États-Unis. Jüri Luik a été à plusieurs reprises ministre des affaires étrangères et ministre de la défense. Il a été le représentant permanent de l’Estonie auprès de l’OTAN (1996-1999) puis ambassadeur à Washington (2003-2007) et à Moscou (2013-2015).

Rédigé par Rodolphe Laffranque

Repost 0
Commenter cet article