Accord de coalition en préparation pour la formation d’un nouveau Gouvernement en Estonie

Publié le 15 Novembre 2016

Le prochain gouvernement estonien devrait, comme le précédent, avoir la forme d’une coalition tripartite. Suite à la défiance votée mercredi dernier (9 novembre) contre le Premier ministre Taavi Rõivas, trois formations politiques se sont engagées dans des négociations en vue de former un cabinet ministériel. Deux composantes de l’ancienne coalition, à savoir les sociaux-démocrates et le Parti IRL, sont entrés en pourparlers avec le Parti du centre pour conclure un accord de coalition.

Il y a quelques jours cependant, le Parti du centre et en particulier son nouveau leader, M. Jüri Ratas, aurait souhaité inclure dans la coalition, un quatrième Parti, la formation d’extrême droite EKRE. Une telle option a été catégoriquement rejetée par les sociaux-démocrates comme le rapporte le journal Eesti Päevaleht. Quant au Parti IRL, son président, M. Margus Tsahkna s’exprimait ainsi : « Nous sommes prêts à négocier avec tout le monde, sauf avec le Parti de la réforme ». Les trois Partis en négociation se sont donnés un temps de réflexion pour, éventuellement, faire appel au Parti libre pour former une coalition quadripartite. Ce dernier, représenté au Riigikogu avec huit députés, s’est déclaré disposé à participer à une telle coalition.

 

En l’état actuel des choses, il semble toutefois que l’on s’achemine vers un Gouvernement majoritaire formé des Partis du centre, social-démocrate et IRL. Les négociations y sont menées par le tout nouveau président du Parti du centre qui est fortement pressenti pour succéder à M. Rõivas.

 

Invité sur les ondes de Vikerradio, M. Ratas explique que les pourparlers seront orientés sur trois thèmes principaux :

  1. L’amélioration de la qualité de vie et du sentiment de sécurité de la population ;
  2. L’entreprenariat et la politique fiscale ;
  3. Les politiques internationale et de sécurité intérieure.

 

L’accord de coalition entend mettre en œuvre un programme gouvernemental de compromis sur les questions relatives aux politiques régionale, rurale, environnementale, énergétique, économique, fiscale, sécuritaire et internationale ainsi que sur celles concernant l’enseignement et l’intégration.  

Selon Jüri Ratas, le plus grand changement viendra dans le domaine de la fiscalité, dans le but, dit-il, d’accroître aussi bien le revenu versé aux bas salaires que le sentiment de sécurité. « Une chose est sûre : le revenu de ceux qui gagnent peu aujourd’hui en Estonie devra augmenter. Nous n’allons certainement pas renoncer à cela », avoue-t-il. « Des changements et même de très grands changements vont intervenir dans la politique des droits d’accises », souligne M. Ratas. Par contre, le projet du Parti du centre d’introduire en Estonie un impôt progressif sur le revenu ne semble pas à l’ordre du jour.

 

Selon les informations recueillies par la ERR, l’accord de coalition devrait être conclu ce week-end et le nouveau Gouvernement entrer en fonction le 22 novembre suivant les étapes de la procédure constitutionnelle.  Aux termes de la Constitution estonienne, il revient au chef de l’État de présenter un(e) candidat(e) au poste de Premier ministre dans les 14 jours qui suivent l’adoption d’une motion de censure. Le (la) candidat(e) doit ensuite, dans un délai de deux semaines, annoncer la composition du nouveau gouvernement, lequel requiert l’investiture du Riigikogu. Après quoi, le (la) candidat(e) Premier-ministrable a sept jours pour présenter le nouveau cabinet ministériel au Président de la République qui procède alors à sa nomination dans les trois jours.

 

Source : ERR.ee

 

Rédigé par Rodolphe Laffranque

Repost 0
Commenter cet article