Vers une nouvelle allocation en Estonie pour retraité(e)s vivant seul(e)s

Publié le 12 Octobre 2016

Vers une nouvelle allocation en Estonie pour retraité(e)s vivant seul(e)s

Le projet de loi présenté par M. Margus Tsahkna, ministre estonien des affaires sociales, mercredi 28 septembre, visant la création d’une nouvelle allocation pour les retraité(e)s vivant seul(e)s, a été approuvé, ce mardi (11 octobre) par la commission des affaires sociales du Riigikogu.

Il est de bonne augure de constater que l’Estonie s’efforce, lentement mais sûrement, de combattre la pauvreté dans le pays et de rendre meilleur le bien-être de ses populations les plus fragiles socialement dont font partie les retraités. Développer la solidarité nationale par le biais d’une redistribution des richesses au profit des personnes âgées est non seulement un devoir moral dans une société dont le niveau de vie s’accroit mais aussi une nécessité dans une société dont la population est vieillissante. C’est un geste ou plutôt un mouvement qui doit être salué.

La mesure consisterait à accorder à tout retraité vivant seul (depuis au moins 6 mois) avec une retraite inférieure à 470 euros la somme annuelle de 115 euros, non imposable au titre de l'impôt sur le revenu. L’attribution de cette allocation serait automatique ; le retraité n’ayant pas besoin d’en faire la demande auprès de la caisse d’assurance sociale.

« Les personnes âgées vivant seules ont du mal à payer les redevances et les frais de santé, alors le gouvernement a décidé de les soutenir », indique le ministre Margus Tsahkna.

Selon les informations contenues dans le projet, on estime que la mesure bénéficierait à près de 86 000 retraités, dont le montant net de la retraite n’excède pas le double du revenu minimum estonien, qui se chiffre actuellement à un peu plus de 200 euros par mois. Le montant plafond de 470 euros pour pouvoir être bénéficiaire de cette nouvelle allocation correspond à 1,2 fois le niveau d’une retraite moyenne en Estonie.

Le président de la commission parlementaire chargée d’examiner le projet,  M. Aivar Kokk, estime que cette allocation permettrait d’accroitre l’indépendance économique   des retraité(e)s vivant seul(e)s et de réduire la pauvreté : « La situation économique des retraité(e)s vivant seul(e)s est, selon les enquêtes, pire que pour les personnes vivant en couple. Si le taux de pauvreté relative des personnes de 65 ans et plus est proche de 36 %, celui concernant les retraité(e)s vivant seul(e)s est deux fois plus élevé, soit près de 74 % », note M. Kokk.

La création d’une allocation pour les retraité(e)s vivant seul(e)s vient en accompagnement du projet d’augmenter plus globalement les retraites (de base). Selon le ministre Margus Tsahkna, la retraite moyenne d’une personne ayant travaillé 44 ans passera, au 1er avril, de 375 euros à 396 euros. « Aussi nous  pensons qu’il serait juste de ne pas imposer les retraités ; c’est pourquoi nous avons inscrit dans le système fiscal une dérogation et augmenté le montant des revenus non imposables à 395 euros », explique le ministre.

Pour rappel, l’âge de la retraite (à taux plein) en Estonie est fixé actuellement à 63 ans. Dans 10 ans (en 2026), il est prévu qu’il passe à 65 ans.

 

Source: Riigikogu

Rédigé par Rodolphe Laffranque

Publié dans #Actualité sociale

Repost 0
Commenter cet article

Jean-Denis 12/10/2016 20:17

Je connais plusieurs personnes retraitées en Estonie, qui touchent moins de 400 euros , c'est une bonne nouvelle pour eux cette prime de 115 euros!
. La retraite à 65 ans dans 10 ans est une décision lourde de conséquence. 'espérance de vie risque bien de diminuer surtout pour les emplois à risque et physiquement durs . Ne s'agit-il- pas d'une fabrique à chômeurs cette retraite à 65 ans . pour un cadre 65 ans ça va, mais pour un chauffeur routier, par exemple, ça ne va pas .

Rodolphe Laffranque 13/10/2016 09:48

L'allongement de l'age de départ à la retraite est une tendance globale dans les pays occidentaux. Cela va créer du "mécaniquement" chomage ... pour les séniors, pour les juniors ... oui peut-être mais pour l'Estonie le problème à mon avis n'est pas vraiment le chomage, mais plutot un manque de main d'oeuvre. De toute facon ici (en Estonie) les gens travaillent tant qu'ils peuvent même au-delà de 65 ans. Les Estoniens (avec leur sens profond de l'individualisme) comptent avant tout sur eux-mêmes et non sur la solidarité nationale pour leur bien-être.